Partagez| .

Don't become a ghost without no colour cause you're the best paint life ever made [UC]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 08/11/2014

MessageSujet: Don't become a ghost without no colour cause you're the best paint life ever made [UC] Sam 8 Nov - 9:20


Sonny Georgia Cinnamon



Sexe : Féminin
Age : dix-neuf ans mais prétend en avoir vingt-et-un
Nationalité : Américaine
Orientation sexuels : Bisexuelle et transhumain
Statut social : Célibataire
Occupation et/ou métiers : Ici
Niveau social : Modeste



Physique


(J'ai pris la liberté de mettre le physique avant le caractère, j'espère que ça ne pose pas de problème)


- Qu'est-ce qu'on a là Hendrix ?

- Une gamine, majeure selon ses papiers mais j'ai un doute. Elle semble avoir traînée dans pas mal de trucs louches. Pas inconnue au bataillon, tu l'as connaît bien Forester. C'est pour ça qu'on t'as appelé. On fait chou blanc depuis plusieurs jours.

L'homme, Piers Forester, déplaça sa corpulence moyenne et ses cheveux poivres et sels vers la salle d’interrogatoire numéro sept. Tout au fond du commissariat central cette salle de très haute sécurité n'avait plus était employé depuis des années. Poussiéreuse il n'y avait normalement pas de criminel assez dangereux pour avoir le droit d'y séjourner. Ce n'était d'ailleurs sûrement pas le cas de cette gosse. Alors pourquoi ? Son ex-coéquipière lui tendit un large dossier cartonné qu'il ouvrit avec précaution. En se penchant dessus il bu une gorgée de son triple moka caramel de chez Starbucks avec son ajout whisky qui ne lui brûla pas la gorge comme il l’espérait.  

Apparemment cette gosse c'était plongée dans les affaires louches des pro-humains et avait traficoté sur le marché noir le plus crade de tout leur État. Il en fallait du cran, pour cette Maria Honor, nom inconnue de sa mémoire, pour déjà faire partie du monde lancinant et sombre de l'envers du décor. De ce  monde de la nuit crade dans lequel Piers évoluait. Il était question d'un marché en échange de sa libération. En général les ados paumés de son type ce jetaient sur cette conclusion comme un drogué sur sa poudre. Alors pourquoi avait-ont eu besoin de l'appeler, lui ? De le faire tout spécialement venir des incendies criminelles où il avait échoué pour l'interroger ? La subtilité et la douceur d'Hendrix n'avait pas du marché, pour une fois. Il avait dû dans le temps insuffler de la peur à cette gosse et le simple fait de le voir la ferait sûrement cracher le morceau. En gros on avait besoin qu'il fasse le sale boulot.

Et ce n'était pas par hasard car oui Piers excellait dans ce domaine. Violent, grognant et menaçant à la moindre occasion il n'était pas du genre à jouer le rôle de père protecteur pour les gamins ou les femmes battues. C'était le méchant flic de base, pas subtil pour un sou qui avait grandit dans la campagne profonde du Texas. Celui qui inspirait terreur et soumission mais pas vraiment une franche sympathie.

Jane Hendrix lui tapota l'épaule. Grande et élancée elle tenait plus de la panthère sauvage que du chat de gouttière. Ils avaient travaillés ensemble pendant de nombreuses années. Leur collaboration avait prit fin il y a deux ans après le scandale. Elle avait était propulsée en tant qu’inspectrice vedette des mœurs alors que lui avait était rétrogradé le plus loin possible, là où il ne dérangerait plus.  Elle n'avait pas changé d'un iota depuis ces années contrairement à lui qui c'était emplumé. Il remarqua qu'elle le fixait avec intérêt attendant une réaction qu'il ne comprenait pas. Elle avait toujours était comme ça, mystérieuse, tel un félin à la peau d’ébène douée dans son boulot mais toujours énigmatique. Alors qu'il ne réagissait toujours pas après plusieurs minutes elle finit par l'inviter à la suivre vers la vitre sans tain pour lui présenter l'objet de sa venue. Piers s'approcha lentement et s'accouda contre la vitre pour mieux observer l'intérieur. Un geste qui lui aura permit de ne pas s’effondrer par la suite, heureusement pour lui.

Au milieu de la pièce vétuste, affalé sur la table d'acier rouillée la gamine semblait dormir. Dans cette position il était impossible pour Piers de voir quoi que ce soit de sa personne à cause de sa longue chevelure brune qui tombait en cascade sur son visage. Alors, en attendant, il observa ses mains liés postées au dessus de son crane. Des mains propres contrairement à ses vêtements usées, aux doigts parfaitement manucurés. Un détail finit par attirer son attention. Au niveau de l'os bas de son pouce, juste avant le poignet gauche, une marque noirâtre se détachait de son teint glacial. Deux traits parallèles encerclaient une ondulation rougeoyante. Il connaissait parfaitement ce tatouage. Mais pourtant c'était impossible et il le savait. La bile remonta dans sa gorge et il sentit tout son sang s'échapper de son visage. Les jambes en cotons il lança un regard d'incompréhension à Jane qui ne broncha pas et resta impassible. Et là, à cet instant T, comme si elle sentait le mal-à-l'aise grandissant de l'autre côté du miroir la jeune fille releva son visage et d'un regard inquisiteur observa le point précis ou se trouvait Piers derrière la vitre. A cet instant précis quoi qu'il fasse rien ne pouvait plus arrêter ses souvenirs qu'il avait tant fui.

Sous ses doigts il se remémora d'abord la douceur du contact de sa peau blanche électrifiée par le désir puis les caresses sur son dos de ses jambes qui s'enroulaient avec possessivités, comme si elle voulait l'avaler tout entier. Et comme si cela ne suffisait pas il entendait de nouveau le souffle court de ses gémissement à peine étouffés, de sa voix transcendante qui murmurait son prénom en le suppliant de continuer. Et pour mieux l'achever son visage s'imposa à lui. Il eu beau fermer les yeux à s'en fendre les paupières tout ce qu'il ne pouvait que voir était son visage embué par le désir, de ses traits déformés par la jouissance, de ses cheveux emmêlés comme maintenant. Puis, comme il devait en être, il entendit le silence de la lame qui transperce un corps et vit sa chute. Rapide et brève. Sa chute. Sa chute.

Puis enfin pour clore tout ce chapitre macabre, sa disparition lente mais assurée dans les profondeurs du courant. Sa disparition intolérable, impensable, qui depuis deux ans déjà le hantait. Ont n'avaient jamais retrouvée le corps de Lilly. Tout le monde la présumait morte et quand ont apprit ce qu'il avait fait avec elle, qui était si jeune et lui si vieux. La coupable et le flic, l'enfant et l'adulte. Il n'y eu aucun jugement, aucune chance de compréhension et il fut rétrogradé mais non licencier, en souvenir du bon vieux temps.

Et malgré tout cela elle était là, devant lui et il n'eu pas besoin de la toucher pour savoir qu'elle était réelle.

Alors il se sentis trahis, lui, qui voilà deux ans se réveillait en sursaut, suant soit de désirs soit de culpabilité. Pleurant chaque jours sa perte, pleurant chaque jour sa faiblesse. Alcoolique, dépressif, il n'avait jamais cru s'en remettre. Mais la voilà, dans toute sa splendeur. Alors oui ses cheveux étaient plus long et bruns, oui ses traits étaient plus fatigués, plus tirés et elle semblait avoir mûrit d'un coup. Comme un enfant qui grandirait trop vite. Mais il s'agissait bien d'elle, de son amante, de cette gamine qu'il avait sortie de la rue pour mieux l'y replonger par ambitions.

Mais elle avait toujours était différente de cette armée de prostituées ou de droguées qui peuplaient les rues. Elle avait toujours semblé plus forte, plus grande, plus belle. C'est peut peut-être pour ça qu'il l'avait envoyé dans ce traquenard. Pour sa différence qui lui plaisait tant.

Elle était peut-être particulière pour son regard si déterminé, qui au lieu de se recourbé sous la pression du pouvoir se décuplait et voletait sur chaque détails pour les analyser. Peut être que ses lèvres charnues qu'elle ne maquillait jamais et qui s'ouvraient pour cracher son langage toujours poli mais affreusement cruel, lacéré comme des lames de rasoirs la rendait différente. Ou peut être pour cette moue toujours boudeuse et suffisante qui malgré sa conditions la faisait ce placer au dessus de vous. Peut être était-elle différente par l'agencement de son visage, fin mais développé, aux sourcils broussailleux et trépidant, à son nez recourbé qui trônait avec splendeur ou à ses longs cils graciles mais volontaires. Peut être parce que tout en elle respiraient la liberté, la splendeur et la force, la confiance et la beauté. Peut être que son apparence encore juvénile la rendait d'autant plus attirante à ses yeux. Car bien loin du physique de femme fatale qu'il aurait pu apprécier, Lilly, tout juste majeure comme le laissait présumer ses papiers, était exotique, fraîche et énergisante. Elle dépaysait et attirait irrémédiablement à tout les vices, à toutes les contraintes et au tréfonds de l'enfer. Elle était unique et c'est pour ça que maintenant. Fatiguée et amaigris, le regard vif et transperçant il la reconnaissait entre mile.

Et elle était là.

Superbe.

Intrépide.

Conquérante.

Présumée morte, mais toujours vivante.  

Oui, toujours vivante.



Caractère



( Obligatoire mais pas de nombres de ligne imposés. )
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Fusce nec dolor eu odio pellentesque cursus. Ut volutpat, metus sit amet pellentesque scelerisque, dolor mi faucibus augue, non scelerisque mauris neque at arcu. Mauris libero massa, viverra nec consequat ac, aliquet a nunc. Phasellus tincidunt tincidunt sagittis. Duis non sapien magna. Cras erat massa, gravida eu nisl vitae, blandit volutpat lacus. Nulla facilisi. Aenean fringilla ultrices eros in lobortis. In auctor libero sed purus dignissim congue. Phasellus at rhoncus lorem. Nunc laoreet nibh quis lectus tristique suscipit. Nam auctor placerat diam, id tempor ligula eleifend eu.



Story



( Facultatif, mais conseiller )
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Fusce nec dolor eu odio pellentesque cursus. Ut volutpat, metus sit amet pellentesque scelerisque, dolor mi faucibus augue, non scelerisque mauris neque at arcu. Mauris libero massa, viverra nec consequat ac, aliquet a nunc. Phasellus tincidunt tincidunt sagittis. Duis non sapien magna. Cras erat massa, gravida eu nisl vitae, blandit volutpat lacus. Nulla facilisi. Aenean fringilla ultrices eros in lobortis. In auctor libero sed purus dignissim congue. Phasellus at rhoncus lorem. Nunc laoreet nibh quis lectus tristique suscipit. Nam auctor placerat diam, id tempor ligula eleifend eu.



Et toi ?



Je suis le DC de Rose Hanazawa et je suis autorisée par Hikaru Nakamura ♥





Code by Little PanPan






Dernière édition par Sonny G. Cinnamon le Lun 10 Nov - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Admin

Messages : 42
Date d'inscription : 11/09/2014

MessageSujet: Re: Don't become a ghost without no colour cause you're the best paint life ever made [UC] Dim 9 Nov - 11:39

Re-bienvenue parmi nous ma colombe. Courage pour ta fiche si ta besoin de suis la.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 05/11/2014

MessageSujet: Re: Don't become a ghost without no colour cause you're the best paint life ever made [UC] Lun 10 Nov - 14:51

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche :3
J'aime beaucoup ton style d'écriture, hâte de lire la suite *v*
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 28/09/2014

MessageSujet: Re: Don't become a ghost without no colour cause you're the best paint life ever made [UC] Dim 16 Nov - 13:42

Des nouvelles ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Don't become a ghost without no colour cause you're the best paint life ever made [UC]

Revenir en haut Aller en bas

Don't become a ghost without no colour cause you're the best paint life ever made [UC]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» GHOST ISLAND
» Animation Ghost Stories
» GHOST IN MY HEAD (ft. THE peacekeeper)
» Ghost in the shell : un remake en live ?
» Ghost in the Shell Arise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Dools :: Centre d'informations :: Présentation :: En cours-